Facebook est le 1er réseau social en nombre de membres et temps d’utilisation journalier. Avec près de 100 millions d’heures de vidéos consommées quotidiennement sur Facebook, son équipe a été interpellée quant au potentiel de ce format. D’après son fondateur Mark Zuckerberg, la majorité du contenu online consommé par les internautes d’ici les 5 prochaines années sera la Vidéo. Facebook souhaite positionner ce format au coeur de sa stratégie, et devenir une plateforme « Video First », face au géant Youtube.

facebook_alternative_youtube_video_musique

La vidéo n’est pas le seul axe stratégique visé par Facebook. Le réseau social entend se positionner comme alternative à Youtube pour la Musique notamment. Rappelons que Youtube totalise 1 milliard de vidéos consommées quotidiennement par ses membres, dont 40% sont dédiées à la musique. L’ampleur de la tâche face à Youtube n’est pas des moindres pour Facebook. Mais le potentiel est bien là. Entre avril et octobre 2016, le nombre de vidéos vues au sein du réseau social est passé de 4 à 8 milliards. Avec près de 2 milliards d’utilisateurs actifs mensuels, Facebook représente un marché considérable pour l’industrie musicale.

Le réseau social a fait un grand plongeon dans l’industrie musicale en janvier dernier, avec le recrutement de Tamara Hrivnak, ex-Directrice des partenariats Musique chez Youtube, pour diriger la stratégie musicale mondiale de la start-up, et le business development. Un autre challenge de taille a également été confiée à cette dernière : la gestion internationale des droits musicaux. Facebook chercherait à conclure un accord de licence avec l’industrie. Cela lui permettrait d’obtenir des vidéos et du contenu musical directement de la part des labels, et aurait pour répercussion de réguler l’utilisation de musiques dans les vidéos générées par les utilisateurs.

Les contenus musicaux arrivent en tête des vidéos les plus consommées sur les plateformes. Mais c’est aussi le support qui rapporte le moins de revenus aux artistes, loin derrière les services de streaming dédiés comme Spotify, Deezer, ou Apple Music…

streaming_video_versus_audio

Source : Global Music Report – IFPI – 2017

 

Facebook semble ainsi s’engouffrer dans la brèche de son concurrent direct. Un pied de nez à Youtube, dont la principale faiblesse est la rémunération limitée des ayants-droits, et l’opacité en matière de distribution des revenus. Le réseau social souhaite négocier avec des acteurs clés de l’industrie musicale tels que labels, diffuseurs, et éditeurs. Il souhaite travailler main dans la main avec les partenaires de contenus musicaux, améliorer la gestion des droits d’auteur, et respecter davantage les ayant-droits.

La première étape consiste à positionner le réseau social comme un média à part entière où la musique est consommée au même titre que le streaming. La seconde étape consistera à rémunérer équitablement les ayant-droits en fonction du trafic généré.  Un autre enjeu technique non des moindres : finaliser un système de détection des violations de copyright semblable à Content ID, le système utilisé par YouTube.

Quelques récentes actions et innovations sur le sujet par Facebook :

Après une décennie marquée par une baisse des revenus de l’industrie musicale, ce secteur retrouve un nouveau souffle depuis peu grâce au streaming. L’arrivée de Facebook, média gratuit par essence, dans l’industrie musicale ne risquerait-il pas de freiner la récente reprise de la musique enregistrée ? Mark Zuckerberg assure que des mesures seront prises contre le piratage, et pour un meilleur partage des revenus publicitaires. Arrivera-t-il à se positionner comme un acteur plus favorable aux créateurs ?

Chez Delight, nous suivons de près les innovations proposées par Facebook. Le réseau social a déjà développé plusieurs fonctionnalités intéressantes pour le Spectacle. Nous souhaitons exploiter le potentiel de la plateforme pour créer des synergies entre les producteurs, les artistes, et leur public. Contactez-nous pour en savoir plus.

Cet article a été écrit par