Dès le 18 juin au stade Pierre Mauroy à Lille, répondant à l’appel de son public français, la caravane, ou doit-on dire l’armée, de la tournée d’adieu d’Elton John va débarquer en France, sous l’égide de Gérard Drouot Production. Un débarquement pacifique néanmoins, et qui comporte au moins une innovation marquante.

En effet, Elton va être le premier artiste de renommée mondiale à utiliser un nouveau procédé totalement inédit lancé par la start-up américaine PEEX. Ce procédé, directement accessible par un smartphone connecté à un boîtier loué pour l’occasion, permet à chaque spectateur, moyennant un coût de 10 €, de recevoir de façon individuelle le son du concert dans son casque personnel et de pouvoir « mixer » la musique selon ses préférences. Au-delà de l’agrément de recevoir le son de la scène dans les meilleures conditions sonores, quel que soit l’endroit de la salle où on se trouve, il permet à chacun de « bidouiller » le son selon ses goûts.

Il peut sembler paradoxal que ce soit « sir Elton John », qui n’est pas le musicien le plus contemporain ni le plus intéressé par la technologie, qui soit le premier grand artiste à expérimenter cette innovation. C’est oublier que le chanteur anglais a toujours voulu que ses fans « aient vécu un moment inoubliable » lors de chacun de ses shows, ce qui justifiait sans doute ses costumes de scène extravagants, entre autres vus dans le film Rocket man actuellement à l’affiche.

Les esprits chagrins diront que ces écouteurs sont une barrière au ressenti collectif du concert et renforcent l’individualisme actuel… Pour nous, le point le plus fort de cette expérimentation, c’est la possibilité de permettre à chacun d’entendre son concert propre, selon les critères de son choix, tout en vivant pleinement la communion de l’événement live… sans certains de ses inconvénients.

Eric de Rugy

 

Lisa Pujol
Lisa Pujol

Diplômée de Sciences Po Lyon puis EMLYON et spécialisée en marketing culturel, Lisa a d’abord fait ses armes dans le spectacle vivant avant de passer de l’autre côté de la barrière chez Delight en 2018. Aujourd’hui, elle est au coeur des opérations business et accompagne au quotidien les 70 clients du portefeuille Delight dans l’optimisation de leurs stratégies de communication au travers de l’utilisation de la suite d’outils.

  • Cookies : la cerise sur le gâteau du RGPD

    Non contente de faire des ravages sur les comptes d’exploitation des entreprises, et singulièrement de celles du spectacle vivant et de l’événementiel, particulièrement impactées, la […]

  • Rentrée 2020 : Y croire !

    Jamais un message de rentrée n’aura autant ressemblé à un acte de rébellion. Alors que cette période de l’année est habituellement propice à se souhaiter […]